Le bonheur avant le profit chez Crisp

Crisp est un cabinet de conseil IT qui fait comme tous les autres : mettre à disposition de ses clients des développeurs, des coachs Lean et Agile, etc. Mais Crisp n’est pas une société comme les autres, car son unique finalité est de contribuer au bonheur de ses 40 collaborateurs ! Pourquoi ce choix ? Comment cela peut bien fonctionner ? Est-ce encore une manœuvre marketing pour faire plus de profit ? Partons à Stockholm pour en savoir plus…

Ce cabinet de conseil suédois a bâti un modèle unique qui offre un maximum de liberté à ses collaborateurs

A PROPOS DE...
logo crisp

Stockholm, Suède
Conseil digital
40 collaborateurs
crisp.se

POUR EN SAVOIR PLUS

Nous pourrions débattre longtemps pour déterminer s’il est possible voire souhaitable pour une entreprise de chercher à rendre ses collaborateurs heureux.

Chez Crisp, il n’y a pas débat : le but premier de la société est précisément le bonheur de ses collaborateurs. Le profit est un effet secondaire qu’ils essaient d’ailleurs de limiter au maximum. Mais n’anticipons pas trop…

Le bonheur individuel est une chose sérieuse chez Crisp et comme « on n’améliore que ce qu’on mesure », ils le mesurent avec le Happiness Index !

Chaque collaborateur met à jour à fréquence régulière (mensuelle généralement) un fichier partagé en répondant à trois questions sur une échelle de 1 à 5 :

  • Est-ce que je suis heureux chez Crisp ?
  • Est-ce que je suis heureux de mes tâches chez Crisp ?
  • Est-ce que je suis heureux chez mon ou mes clients actuels ?

 

Quatre questions optionnelles permettent d’étayer les propos :

  • Qu’est-ce qui va le mieux en ce moment ?
  • Qu’est-ce qui est le pire en ce moment ?
  • Qu’est-ce qui permettrait d’augmenter ton niveau de bonheur ?
  • Comment peux-tu contribuer à améliorer le niveau de bonheur chez Crisp ?

 

 

 

 

Ce fichier est revu tous les mois en Board Meeting et lors des deux journées annuelles qui réunissent tous les Crispers. Si le Happiness Index évolue de manière significative à la baisse, des échanges ont lieu pour déterminer les raisons, prendre des mesures correctives, etc.

Sans attendre les rituels, quand une personne affiche une insatisfaction sur l’une des questions (1 ou 2), les autres Crispers vont généralement proposer leur aide à leur collègue.

 

Ok, c’est bien beau tout ça, mais comment faire tourner une entreprise en restant cohérent avec cette noble intention ?

 

Crisp facture les services de ses 40 consultants mais aucun n’est salarié ! Chaque Crisper reçoit 90% des revenus générés par ses prestations. En contrepartie, il paye un abonnement mensuel (environ 350€ par mois) et reverse 10% de ses revenus à Crisp. Chaque consultant est donc complètement libre de travailler à sa guise sans porter atteinte à la pérennité financière de la société. Les consultants s’engagent à réaliser des prestations uniquement au travers de Crisp. En somme, Crisp a mis en place un modèle à mi-chemin entre une plateforme d’indépendants et une société de service qui salarie ses consultants.

 

Les revenus que génèrent Crisp servent simplement à financer les frais fixes et les salaires des 4 seuls salariés qui constituent les fonctions support. Crisp a même instauré un plafond pour éviter que les consultants générant beaucoup de revenus ne reversent « trop » à Crisp. Sur le plan financier, Crisp est ainsi guidé par quatre principes :

  • « A gold-strewn road » : Le consultant garde l’essentiel de ce qu’il gagne
  • « Naked in, Naked Out » : Aucun droit d’entrée n’est requis pour rejoindre Crisp ni pour en sortir
  • « No gold on the table » : Crisp n’essaie pas de générer du profit
  • « No pot of gold at the end » : il n’y aucun intérêt financier à vendre l’entreprise

 

Mais qui possède Crisp ?

Crisp est l’équivalent d’une SAS dont les actions sont détenues par les collaborateurs. N’importe quel Crisper qui le souhaite et qui a plus de deux ans d’ancienneté peut devenir associé. Aucun processus de sélection !

En même temps, Crisp n’ayant aucune volonté de croître, il n’y a pas à espérer faire fortune en devenant associé. Les parts s’achètent environ 1000€ et se revendent au même prix.

Quel intérêt de devenir associé dans ces conditions ? Rien de plus que le plaisir d’être co-propriétaire de son entreprise. La moitié des Crispers détiennent des parts et cela ne leur donne aucun avantage ou pouvoir particulier.

 

Le modèle Crisp repose sur une condition essentielle : la valeur des consultants !

Les Crispers sont tellement compétents que les clients affluent. Il n’y a qu’un seul « business developper » dont le job est avant tout d’aider les consultants à trouver la mission qui fera leur bonheur.

Pour que la situation commerciale reste saine, le recrutement est la clé. Et chez Crisp, on ne rigole pas avec ça !

 

Attendez-vous à plein des débats intenses, à de l’esprit critique et à des éclats de rire : nous formons une joyeuse troupe, mais nous avons besoin d’être convaincus que vous êtes bon dans ce que vous faites. Pourquoi ? Parce que nous voulons apprendre de vous, et nous voulons que nos clients vous trouvent génial. Nous avons passé plus d’une décennie à bâtir une très bonne réputation, et nous voulons que vous la rendiez encore meilleure !

Citation extraite du site Crisp (traduite par nos soins)

 

Crisp souhaite intégrer régulièrement de nouvelles compétences mais refuse de croître trop rapidement. Crisp n’accueille que 1 à 3 nouveaux membres par an. Un critère est déterminant : le candidat doit avoir déjà travaillé directement avec un Crisper qui se porte garant de son niveau technique et de son adéquation au modèle Crisp.

 

Recrutez des personnes géniales, ou ne recrutez pas dutout !

 

La croissance n’est pas un objectif. Crisp fait de la croissance uniquement si l’opportunité d’accueillir un talent exceptionnel se présente.

En un schéma, le modèle Crisp repose sur un double cercle vertueux : par un recrutement ultra-sélectif, les collaborateurs sont compétents et motivés et enchantent leurs clients assurant :

  • Une bonne réputation à Crisp qui lui permet d’obtenir de nouvelles missions intéressantes qui renforcent la motivation des consultants
  • Une profitabilité suffisante pour offrir de la liberté et de la sécurité aux consultants

 

 

Nous pourrions écrire un livre entier pour décrire les méthodes mises en place par Crisp pour prendre des décisions, gérer le staffing, gérer les conflits, pour faire grandir les collaborateurs, pour collaborer, etc.

Ca serait néanmoins inutile car Crisp a déjà tout écrit est publié en Open-Source. Rendez-vous sur https://dna.crisp.se/docs/index.html pour découvrir leur modèle de fonctionnement !

 

Cliquez ici pour poursuivre votre découverte d’histoires de transformation et de réorganisation. Ou alors, continuez ici votre parcours de découverte de l’innovation managériale !

Faites voyager cette histoire !

Ce qu'on en retient...

• Crisp a conçu un modèle d’une grande cohérence et toutes leurs pratiques sont parfaitement alignées avec l’intention première : rendre les collaborateurs heureux !

• En recherchant à ne pas faire de profit, Crisp fait exactement l’inverse de toutes les entreprises au monde… et ça marche !

Une pratique rapportée par...

ID_Jerome_test

Jérôme Labastie est manager chez ANEO. Il fait partie du noyau dur de Humanage et a contribué à son évolution dès ses premiers balbutiements. Vous pouvez le contacter par mail : jlabastie@aneo.fr

Laissez un commentaire





Vous voulez en savoir plus ou vous ne trouvez pas ce que vous cherchez ?

Contactez-nous sur hello@humanage.fr !