Le sentiment d’appartenance… à distance

Peu de temps après avoir créé Four Kitchens avec 3 associés, Todd se heurte à un problème de taille : il n’arrive pas à recruter pour ses bureaux à Austin. Tous les bons candidats sont ailleurs. Il décide alors de se débarrasser des bureaux : mais comment conserver la culture de Four Kitchens s’il n’y a plus de bureaux ?

Four Kitchens : développer une culture d'entreprise forte sans bureaux physiques

INFORMATION

Austin, TX, USA
Informatique
36 collaborateurs
www.fourkitchens.com

FIND OUT MORE

• Pour en savoir plus sur Four Kitchens, lisez l'article d'About Work ici !
• Au sujet de ces nouveaux travailleurs : l'article d'un blog ami

Très tôt, Todd se renseigne sur les pratiques d’autres entreprises qui fonctionnent sans bureaux. Il contacte des dirigeants qui travaillent à distance et participe à des évènements sur le sujet. Parmi les conseils qu’on lui donne, c’est celui de systématiser la communication, qu’elle soit liée au travail ou informelle, qu’il reconnait aujourd’hui comme essentiel. Et oui, sans bureaux, il n’y a plus de pause à la machine à café… Ce qui ne veut pas dire qu’on ne peut pas compenser par autre chose.

 

Chaque conversation devient délibérée, donc on a dû créer des canaux de communication très distincts.

Todd Ross Nienkerk

 

Des exemples ? Ce n’est pas ça qui manque !

Tous les lundis ont lieu les ‘team hugs’. Les collaborateurs se connectent à une conférence vidéo et prennent 15 minutes pour se féliciter du travail accompli. Un autre quart d’heure est ensuite entièrement dédié à des questions non-professionnelles : la règle est de poser n’importe quelle question, pour peu qu’elle soit drôle et n’ait aucun lien avec le travail. Chacun y répond alors brièvement. Exemple : “tu préfères être Batman ou Superman ?”

Des réunions en plus petits groupes ont aussi lieu tous les jeudis. Il s’agit d’une conversation informelle, sans aucun ordre du jour, d’une demi-heure, à 5 participants. La composition de ces groupes change tous les trimestres, ce qui permet à chacun de connaître l’ensemble de ses collaborateurs rapidement et en petit comité.

 

Rituels collaboration Four Kitchens

Un mois typique de rituels chez Four Kitchens

 

L’afterwork est également passé d’une activité facultative de fin de journée au bar du coin à une véritable pratique hebdomadaire. Chacun se donne rendez-vous avec une bière à la main à son bureau sur une même conférence vidéo, malgré des décalages horaires de 4 heures. On ne nous a pas fait état de bières renversées sur l’ordinateur, mais il nous semble important de garder ce risque en tête. On vous aura prévenu.

Enfin, chaque année a lieu une retraite d’une semaine à laquelle tout le monde participe : c’est l’occasion de rencontrer les collaborateurs en personne et dans un cadre agréable. Cette pratique est très habituelle au sein des équipes distribuées, et est perçue de tous comme un temps fort indispensable.

 

On vous propose de continuer à explorer les entreprises qui ont trouvé comment collaborer . Ou alors, continuez ici votre parcours de découverte de l’innovation managériale !

Faites voyager cette histoire !

Key takeaways

• Des réunions hebdomadaires, même informelles, sont devenues systématiques pour compenser la distance

• La rotation des participants dans des petits groupes de discussion permet des échanges plus qualitatifs

• La retraite d’une semaine en format teambuilding est présentée comme essentielle

• Le sentiment d’appartenance est crucial dans ce type d’entreprise, puisque la distance impose une forme de management par la confiance

Contributors

Sarah Spitz est co-fondatrice d'About Work. Elle a traversé les USA en 2017 avec Adèle Boinnot à la rencontre d'entreprises sortant des sentiers battus. Elle travaille aujourd'hui chez ANEO et fait partie de l'équipe Humanage. Parlez-lui d'innovation managériale et de musique rock : sspitz@aneo.fr

Laissez un commentaire





Vous voulez en savoir plus ou vous ne trouvez pas ce que vous cherchez ?

Contactez-nous sur hello@humanage.fr !