Jouer en formant, former en jouant chez EDF

Jouer est la meilleure façon d’apprendre. Sur le plan neuroscientifique, le débat est clos depuis longtemps. Parce qu’il encourage une pratique assidue et prolongée, il nous fait passer d’un comportement passif à un comportement actif. Le jeu de société possède de plus par définition une dimension sociale. C’est pourquoi, pour faire monter en compétences rapidement de manière ludique, en favorisant la cohésion et le plaisir, nous avons décidé de créer des jeux de société sur mesure...

EDF : La formation et la montée en compétences, formidables vecteurs d’innovation et de plaisir au travail

A PROPOS DE...
logoedf

Strasbourg, France
Energie
158 467 collaborateurs
edf.com

POUR EN SAVOIR PLUS

Un turnover naturel et un renouvellement générationnel important, la nécessité de monter en compétences rapidement sur des rôles et des compétences clés, tout en restant fidèles à notre philosophie managériale de prendre du plaisir au travail, voilà les enjeux humains auxquels nous devions répondre il y a 2 ans.

Nous voulions à tout prix sortir des classiques formations descendantes Powerpoint, scolaires et terriblement ennuyantes. Nous voulions réenchanter nos modes de formations.

 

Il faut jouer pour devenir sérieux.

Aristote

 

Le digital learning et les serious games ont actuellement la cote. Mais bien que le numérique ait acquis une prédominance dans le domaine du divertissement, le jeu de société n’a jamais été aussi populaire, même chez les nouvelles générations. Il oblige les personnes à se réunir autour d’une table, d’où sa dimension sociale. Sans compter qu’il peut être très formateur! Alors pourquoi pas chez EDF, pour apprendre des métiers techniques, refléter la réalité de certaines situations, faire toucher du doigt le stress et les contraintes inhérents à l’activité… tout en s’amusant?

C’est ainsi que nous nous sommes lancés dans la conception de 2 jeux de société, à destination de l’équipe, pour deux populations différentes : l’encadrement, et les techniciens d’astreinte. Nous, c’est quelques membres de l’équipe et moi, soit 2 personnes pour le 1er jeu et 4 pour le 2ème).

La première étape a été de définir les objectifs de formation: que souhaitons-nous transmettre aux joueurs? Que souhaitons-nous leur faire assimiler, en termes de connaissances, de gestion de situations, de comportements? Quelles contraintes voulons-nous refléter à travers l’expérience du jeu? En clair : quelle expérience ludique voulons-nous designer ?

 

 

Vient ensuite la construction de la mécanique de jeu, qui doit permettre de répondre aux exigences de l’expérience ludique. On rentre ici dans le cœur du sujet. Combien de joueurs ? Le jeu sera-t-il individuel (chacun contre tous, comme le jeu créé pour l’encadrement de notre équipe), collaboratif (pour nos techniciens), par équipe…? Quelles sont les ressources à disposition des joueurs? Quelles sont les règles et les procédures? Quelle sera la source de tension ou de conflit, nécessaire pour créer le challenge et l’engagement des joueurs?

 

 

En ce qui concerne le second jeu, nous nous sommes fortement inspirés du jeu « Pandemic » pour recréer l’expérience de l’apparition et l’extension de défauts techniques dans un site de production électrique.

La 3ème phase concerne le prototypage et le test des différentes briques par des collaborateurs. Avec comme dans tout process de design, des boucles d’amélioration de type « test & learn ». Il s’agit ici de calibrer les différentes variables, et s’assurer que le jeu réponde bien à tous les besoins !

Le prototype finalisé est ensuite transmis à un graphiste, qui se charge de la mise en forme et de la fabrication physique, l’idée étant d’avoir un produit fini et des supports professionnels, qui donnent envie de jouer !

Il faut compter environ 2 à 3 mois de conception (avec les tâches quotidiennes), puis 1 mois au moins avant d’avoir le produit fini sous la main.

 

 

 

 

Quant à la mise en place, pas besoin de convaincre les collaborateurs étant donné leur âge. J’ai cependant eu quelques retours assez sceptiques de la part d’autres équipes. Ce qui est bien dommage : les impacts sont plus de plaisir et d’enjouement pour se former régulièrement, et un onboarding plus efficace pour les nouveaux arrivants.

Pour en savoir plus sur la démarche Opale d’EDF, il y a un article Humanage qui en parle ici !

On vous propose ici de continuer à explorer les entreprises qui ont trouvé comment motiver leurs collaborateurs. Ou alors, continuez ici votre parcours de découverte de l’innovation managériale !

Faites voyager cette histoire !

Ce qu'on en retient...

• Le processus de conception du jeu, impliquant plusieurs collaborateurs, est déjà en lui-même facteur de cohésion et de plaisir au travail !

• La construction de A à Z prend cependant plusieurs semaines, voire quelques mois... en fonction de la disponibilité des personnes et de la complexité de l’expérience ludique.

• Le jeu de société dispose d’un immense pouvoir pour captiver l’attention, permettant in fine l’optimisation des performances et l’assimilation de nouveaux contenus ... tout en prenant du plaisir!

Une pratique rapportée par...

Ludovic Giusti_rond

Ludovic est manager chez EDF Hydro. Il a embarqué son équipe sur une démarche de management par le plaisir, axée sur l’humain, la confiance et l’autonomie, inspirée des entreprises libérées (démarche OPALE du groupe EDF).

Laissez un commentaire





Vous voulez en savoir plus ou vous ne trouvez pas ce que vous cherchez ?

Contactez-nous sur hello@humanage.fr !